Rama Yade est exclue du Parti radical

ELECTIONS REGIONALES – C’est désormais acté. Rama Yade ne figurera pas sur les listes de Valérie Pécresse qu’elle a présenté à la commission d’investiture ce jeudi 29 octobre en vue des élections régionales en Ile-de-France.

Privilégiant le renouvellement, la cheffe de file Les Républicains-UDI a salué sur son comtpe Twitter la “belle liste d’union de toutes les sensibilités de la droite et du centre” validée par son parti tout en adressant “une pensée à tous les candidats de talent” qui n’y figurent pas.

Un coup dur pour Rama Yade, ancienne icône sarkozyste et conseillère régionale sortante, qui, sauf repêchage de dernière minute, devrait donc perdre son dernier mandat électoral, et ce au moment même où l’on apprend son exclusion de son propre parti.

Rama Yade persona non grata au Parti radical

Initialement, la commission de discipline du Parti radical avait annoncé que l’exclusion de Rama Yade serait abordée lors d’une commission de discipline le 4 novembre prochain. En réalité, Rama Yade été exclue par décision de la commission de discipline prise dès le 11 septembre, a précisé le parti à l’AFP. Une exclusion du Parti radical entraîne mécaniquement son exclusion de l’UDI, confédération centriste où Rama Yade avait suivi Jean-Louis Borloo, aujourd’hui retiré de la vie politique.

Rama Yade disposait d’un mois pour faire appel, a précisé jeudi le Parti radical. “A ce jour, le Bureau du Parti n’a pas reçu de demande d’appel”, écrit le PR dans un communiqué, en précisant avoir notifié cette décision par “courriel, courrier recommandé avec avis de réception, ainsi que par voie d’huissier”.

Selon la décision de la commission de discipline, signée du président de cette commission, Luc Lehner, lui sont reprochés “la volonté de dénigrer d’une manière constante et systématique, par voie médiatique, les instances du parti, comme son président, mettant gravement en cause l’image du parti dans l’opinion publique et auprès des adhérents”, “l’utilisation interdite des fichiers du parti”, et “la prise en position en faveur du vote blanc” lors d’une élection législative partielle dans le Doubs.

Rivale malheureuse de Laurent Hénart, pour la présidence du Parti radical laissée vacante par Jean-Louis Borloo, Rama Yade avait allégué de fraudes lors de cette élection et demandé son annulation en justice. Déboutée en première instance, elle a fait appel de la décision. << Lire plus sur : huffingtonpost >>

Laisser un commentaire