Nelson Mandela s’en est allé

mandelaL’ancien président sud-africain Nelson Mandela, emblème de la lutte contre l’apartheid, est décédé ce jeudi 5 décembre à l’âge de 95 ans. L’annonce a été faite ce soir à la télévision par Jacob Zuma, l’actuel président de l’Afrique du Sud.

Il est vrai que depuis quelque temps, son état de santé était préoccupant. Mais le monde entier gardait un peu d’espoir.

Aujourd’hui, Nelson Mandela a tiré sa révérence, victime d’une infection pulmonaire.

« C’est dans son pays, l’Afrique du Sud que Mandela a pu s’éteindre en homme libre » soulignent les observateurs.

Son parcours est l’histoire d’une lutte incessante contre les injustices : de l’apartheid à la pauvreté en passant par le sida.

Nelson Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo. C’est en entrant à l’école que Nelson reçoit son prénom anglais de son institutrice.

Après le lycée, Mandela rejoint l’université de Fort Hare, seul établissement à accepter les Noirs.

C’est là que le jeune étudiant en droit découvre Gandhi et sa doctrine non violente, mais aussi le nationalisme afrikaner.

Refusant un mariage arrangé par sa famille, Mandela fuit à Johannesburg.

En 1944, il rejoint le Congrès national africain afin de lutter contre la domination politique des Blancs et mettre un terme à la ségrégation raciale.

EN 1960 cependant, l’ANC est interdite par les autorités.

Devenu avocat, Mandela décide de se lancer dans une forme d’activisme pacifiste et fonde « Umkhonto we Sizwe », groupe visant à saboter les installations publiques et militaires, symboles de l’apartheid.

C’est cet acte qui le mènera droit à la prison de Robben Island.

Durant 27 ans, Mandela connaîtra l’enfermement et les travaux forcés dans des conditions à la limite du soutenable.

« 466664 », son numéro de matricule est devenu un symbole, tout comme son détenteur, de la lutte contre l’injustice du système afrikaner.

Depuis sa geôle, il devient le porte-étendard de l’égalité et de la paix, célébré par le monde entier.

Libéré le 11 février 1990, Nelson Mandela reçoit, trois ans plus tard le prix Nobel de la paix.

Premier président noir d’Afrique du Sud, l’homme de combat militera ardemment pour la réconciliation durant tout son mandat.

A partir de 1999, Mandela s’investit à plein temps dans la vie associative.

Lui qui avait négligé pendant sa présidence, le combat contre le sida dans un pays gangréné par cette plaie, décide, ébranlé par la mort de son fils séropositif, de prendre le problème à bras le corps et devient le porte-étendard de la cause.

Aide à l’enfance, défense des droits de l’Homme, lutte contre le racisme, action contre la faim : il est de tous les combats, malgré son âge avancé.

Autant d’initiatives qui feront de Mandela, au fil des ans, plus qu’un modèle, une icône adulée de son pays et un symbole de paix à l’étranger.

Paris déclarait récemment Nelson Mandela citoyen d’honneur. Mais toute légende qu’il était, Mandela était finalement mortel.

Son message et son héritage demeureront ancrés dans les mémoires pour longtemps encore.

Nelson Mandela a rejoint son modèle, Gandhi, au Panthéon des Grands qui ont fait l’Histoire.

Laisser un commentaire