Gisèle Pineau

PRESENTATION
Gisèle Pineau est une femme de lettres française de parents originaire de la Guadeloupe. Sa famille retourne aux Antilles en 1970. Après ses études à Paris jusqu’en 1979, elle regagne la Guadeloupe où elle travaille comme infirmière en psychiatrie au Centre Hospitalier Psychiatrique de Saint Claude (Guadeloupe).

Confrontée très jeune au racisme, elle consacre une partie de son temps à l’écriture ce qui lui permet de s’évader et de trouver le bonheur dans ses romans. Elle a rédigé La Grande dérive des esprits, qui a reçu un prix du magazine ELLE en 1994. Depuis 2000, elle vit de nouveau à Paris.

Source : http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/pineau.html

BIOGRAPHIE
Gisèle Pineau est née à Paris en 1956. Ses parents sont guadeloupéens. Son père a quitté la Guadeloupe en 1943, répondant à l’Appel du 18 juin lancé par le Général de Gaulle. Il s’engage dans les Forces Françaises Libres et combat pour la France envahie par l’armée allemande. Il reste dans l’armée après la Seconde Guerre Mondiale. En 1961, après son mariage et un séjour au Congo, il retourne en Guadeloupe en congé fin de campagne. Il retrouve au pays sa mère toujours battue par son mari qu’on appelle « le bourreau ».

La grand-mère, Man Ya, sera une figure récurrente de l’œuvre de Gisèle Pineau. On la retrouve dans son récit L’exil selon Julia et dans son roman de jeunesse Un papillon dans la cité.

La famille, qui s’est entre-temps agrandie – six enfants –, regagne la France avec Man Ya. La France devient le pays de l’exil pour Gisèle Pineau, exil vécu par procuration auprès de Man Ya qui raconte la Guadeloupe, les contes, les mystères du pays perdu. Le racisme, l’intolérance et la force des préjugés rencontrés chaque jour nourriront plus tard l’œuvre de Gisèle Pineau qui s’attache, dans son écriture, à mettre en scène des personnages en but à la violence et l’injustice de ce monde (in: L’Espérance-macadam; L’Âme prêtée aux oiseaux).

En 1970, le père déçu par le Non de la France au Référendum proposé par le Président de la République (Charles de Gaulle), demande sa mutation pour les Antilles.

De 1970 à 1972, la famille vit en Martinique. C’est la redécouverte d’une culture, d’une langue (le créole), d’une histoire qui apparaîtront dans Femmes des Antilles, traces et Voix, 150 ans après l’Abolition de l’Esclavage.

Le père prend sa retraite en 1973 et rejoint la Guadeloupe où il s’installe définitivement avec sa famille.

En 1975, Gisèle Pineau qui vient d’obtenir son baccalauréat, s’inscrit à l’Université de Paris X Nanterre. Elle suit, pendant deux années, des études de Lettres Modernes qu’elle abandonne faute d’argent. Elle devient infirmière en psychiatrie en 1979, se marie et repart pour la Guadeloupe où elle exercera pendant près de vingt ans sa profession au Centre Hospitalier Psychiatrique de Saint-Claude. Depuis sa réinstallation à Paris en automne 2000, elle mène toujours, parallèlement à sa carrière d’écrivain, cette autre profession qui, dit-elle, équilibre sa vie.

 

OEUVRES
1992 : Un papillon dans la cité
1993 : La Grande Drive des esprits, roman. Grand Prix des lectrices du magazine ELLE et Prix Carbet de la Caraïbe
1994 : Tourment d’amour, nouvelle, dans le collectif Écrire la Parole de nuit, la nouvelle littéraire antillaise
1995 : L’Espérance-Macadam, roman. Prix RFO
1996 : L’Exil selon Julia, roman. Prix Terre de France et Prix Rotary
1998 : L’âme prêtée aux oiseaux, roman.
1999 : Caraïbes sur Seine, roman.Prix roman Jeunesse Maurice 2001
2002 : Chair piment, roman
2004 : Fichues racines, nouvelle, dans le collectif Paradis Brisé – Nouvelles des Caraïbes, Collection Étonnants Voyageurs
2007 : Fleur de barbarie, roman
2007 : Mes quatre femmes, roman
2007 : C’est la règle,roman
2008 : Les Colères du volcan roman
2008 : Morne Câpresse , roman
2009 : Nouvelles de Guadeloupe, avec Fortuné Chalumeau, Simone Schwarz-Bart, et Ernest Pépin, nouvelles
2010 : Folie, aller simple : Journée ordinaire d’une infirmière, roman : “Prix Carbet des lycéens 2011”
2010 : L’odyssée d’Alizée, roman
2012 : Cent vies et des poussières, roman

Plus de détails sur ses oeuvres : www.evene.fr

Laisser un commentaire